Maladie cœliaque : diagnostic et thérapie

Publié le : 19 avril 20234 mins de lecture

En tenant compte des formes classiques et atypiques, on considère aujourd’hui qu’environ 1 personne sur 250 à 500 souffre d’une sensibilité au gluten. Cependant, seuls 10 à 20 % d’entre eux présentent les symptômes typiques de la maladie cœliaque.

A. Maladie cœliaque : groupes à risque

La maladie cœliaque est souvent observée. Les parents du premier et du deuxième degré sont également plus souvent touchés que la moyenne de la population. Ces personnes doivent être examinées, surtout si un ou plusieurs des signes typiques apparaissent. Les patients atteints de la maladie cœliaque souffrent souvent de diabète de type 1. Ces deux maladies sont basées sur des erreurs du système immunitaire. On peut supposer qu’une hypersensibilité génétique au gluten entraîne une réaction en chaîne dans laquelle les cellules du système immunitaire réagissent de manière excessive et attaquent les propres tissus de l’organisme : maladie auto-immune. Si certaines cellules du pancréas sont détruites, une carence en insuline se développe et donc un diabète.

B. Comment le diagnostic est-il établi ?

Outre les symptômes cliniques, le diagnostic repose sur la détection d’anticorps spécifiques : contre la transglutaminase, l’endomysium et la gliadine dans le sang et sur l’examen au microscope d’un échantillon de tissu de la muqueuse de l’intestin grêle. La biopsie endoscopique de l’intestin grêle couramment pratiquée aujourd’hui est inoffensive et ne prend pas plus de 10 à 15 minutes. Une sonde caméra est insérée dans l’intestin grêle via la bouche, l’œsophage et l’estomac, plusieurs échantillons de tissus sont prélevés puis examinés au microscope. Le test d’anticorps ne peut pas remplacer une biopsie de l’intestin grêle. Un diagnostic fiable par biopsie est particulièrement important pour les enfants, car si le diagnostic est positif, ils devront manger sans gluten pour le reste de leur vie. Si les symptômes s’atténuent sous un régime sans gluten, cela confirme le diagnostic. Presque tous les patients présentent une modification typique d’un certain gène ; cependant, comme un quart des personnes en bonne santé présentent également cette modification, elle ne permet pas de poser un diagnostic, mais en son absence, elle parle contre la maladie cœliaque.

C. Quelle est la thérapie disponible pour la maladie cœliaque ?

Le seul traitement à ce jour est la renonciation complète et à vie aux aliments contenant du gluten, c’est à dire de suivre un régime sans gluten. Ce n’est que de cette manière que la muqueuse de l’intestin grêle peut se rétablir et retrouver sa fonction. Cependant, même les plus petites quantités de gluten causent à nouveau des dommages et des désagréments. Dans la plupart des cas, les symptômes s’atténuent en quelques semaines après le changement de régime, puis disparaissent complètement.

D. Peut-on prévenir la maladie cœliaque ?

La raison pour laquelle certaines personnes développent la maladie cœliaque n’a pas encore été déterminée de manière définitive, mais il semble qu’elle soit due à une prédisposition génétique. La seule mesure préventive actuellement recommandée est d’éviter les aliments contenant du gluten chez les nourrissons de moins de six mois. Après le diagnostic de la maladie cœliaque, un régime alimentaire cohérent peut prévenir les maladies secondaires.

Plan du site